Quand les auto-écoles se mettent à l’électrique

La voiture électrique fait désormais bien partie du paysage urbain. De plus en plus de particuliers l’ont adoptée et l’État continue le déploiement des bornes de chargement dans tout le territoire français. Plus écologiques et moins bruyantes, les voitures électriques s’invitent également dans les centres de formation à la conduite. En effet, de plus en plus d’auto-écoles se parent désormais de véhicules électriques !

Les voitures électriques pour les leçons de conduite

Les grands constructeurs automobiles ne cessent de développer de nouveaux modèles électriques, au plus grand bonheur du gouvernement. Il faut dire que les compagnies auto ont tout intérêt à changer leur catalogue avant 2022, sous peine d’amende. Du côté des particuliers, cette transition énergétique a du bon. Grâce à la prime de l’État, la taxe sur les véhicules de société ou encore le barème bonus-malus, les ventes décollent.

Ce n’est donc pas étonnant de voir apparaître les voitures électriques dans les auto-écoles. L’objectif ? Soutenir les progrès du marché, évidemment, mais aussi habituer les candidats à conduire une électrique. Aujourd’hui, il est donc tout à fait possible d’obtenir le permis voiture au volant d’une voiture électrique.

Le changement se fait de façon progressive. Pour l’instant, seul un ou deux modèles électriques sont disponibles dans les quelques centres de formation concernés. A long terme, la plupart des véhicules deviendront électriques, puisque cela permet aux auto-écoles de faire une économie de carburant.

Des véhicules électriques à double commande

Apprendre à conduire avec une voiture électrique, est-ce vraiment possible ? Oui, et cela n’a rien de nouveau. En effet, en 2012, une auto-école de la Marne avait mis en place une option « voiture électrique ». Il s’agissait tout simplement d’un apprentissage sur véhicule électrique, à la demande du candidat. Cette même année, plusieurs centres de formation avaient suivi la tendance.

Ces dernières années, à la suite du débat sur le diesel, la voiture électrique se révèle être, plus que jamais, la voiture de demain. Les auto-écoles investissent donc de plus en plus dans ces modèles et le succès est au rendez-vous. Les voitures électriques à double commande permettent aux candidats d’apprendre à conduire aux côtés de leur moniteur, tout comme dans une voiture essence.

Les voitures électriques s’inscrivent également parfaitement dans les nouveaux programmes écoconduite des centres de formation. L’objectif est de former les candidats à adopter une conduite responsable pour l’environnement et les autres conducteurs. L’électrique y trouve donc logiquement sa place.

Les aides de l’État pour inciter les auto-écoles à adopter l’électrique

Les particuliers ne sont pas les seuls à bénéficier d’aides de l’État pour investir dans l’électrique. Les auto-écoles sont également encouragées à l’adopter. Depuis janvier 2018, à Paris, des aides à l’achat de voiture électrique ont été mises en place. L’objectif ? Voir disparaître les moteurs diesel d’ici 2024 et les moteurs essence d’ici 2030.

Les professionnels qui achètent un modèle « zéro émission » bénéficient ainsi d’une subvention de 6 000 euros. A cela s’ajoute bien évidemment le bonus écologique ; les promoteurs d’auto-écoles empochent une fois encore 6 000 euros de la part de la municipalité. Et, enfin, l’exonération de la taxe sur les véhicules de société a fini de convaincre les centres de formation !

Le message est clair, les auto-écoles doivent désormais diffuser le bon message auprès de leurs candidats. Si la nouvelle génération est davantage sensibilisée à la transition énergétique, les centres de formation espèrent toucher les conducteurs plus âgés en utilisant la voiture électrique lors des stages de récupération de point. Malin, n’est-ce pas ?

Les auto-écoles se mettent donc petit à petit à l’électrique, pour le plus grand bien de la planète. Si les centres de formation profitent de ce changement pour faire du greenwashing, n’oublions pas que les aides alléchantes accordées par l’État ont fortement encouragé l’adoption de la voiture électrique. Tout du moins, le résultat est là. Prochains candidats au permis B, attendez-vous à conduire une électrique !